Le Clos de Marzilly


UNE INSTITUTION DU CHAMPAGNE MICHEL FAGOT


 

" En 496, le soir de Noël, en récompense du baptême reçu, Clovis fit don du Massif de Saint-Thierry à l'évêque Saint-Rémi..."

C'est sur cette région viticole que le cru d'Hermonville se situe.

Véritable terre historique, Hermonville a jadis été partagée en 9 seigneuries avant d'être érigée en tant que commune. La célèbre bourgade était alors réputée pour son ambiance festive, ses vins non pétillants à l'époque "les vins de montagne" et ses châteaux.

Une parcelle d'exception. C'est dans le Hameau de Marzilly, que se situe notre merveilleux "Clos de Marzilly", une parcelle de vigne historique de quelques arpents, qui est aujourd'hui une des rares parcelles en Champagne pouvant prétendre de l'appellation "Clos".

Le Clos de Marzilly est un Champagne de collectionneur, de gastronome. Un Coeur de Cuvée "pur Meunier", aux notes délicatement musquées, qui s'ouvre sur des arômes de fruits à noyau. Un vin tendre et fruité. Une signature gustative enivrante de la Maison Fagot.
 

 

Le Hameau de Marzilly



Ce hameau ou écart d’Hermonville aurait été échangé vers 590 par Childebert à Romulfe archevêque de Reims contre un domaine près de Metz que Romulfe possédait.

En l’état actuel des documents, le compte de Roucy apparait pour la première fois parmi les seigneurs d’Hermonville en 1270. Il abandonne plusieurs de ses possessions aux moines de Saint-Thierry et reçoit en échange tous les droits de justice et autres revenus des moines de Marzilly.

D’après plusieurs chroniqueurs du XIXème siècle, il y avait autrefois une petite église à Marzilly. Dans l’état actuel de nos recherches, il est difficile de connaitre sa date de construction et de démolition, aucune archive ou document ne permet de confirmer son existence, sauf peut-être une croix en bois dont l’origine reste incertaine.
Cette croix a-t-elle été érigée sur son emplacement pour en garder le souvenir ?
Située à mi-côte près de la route que mène à Trigny face à l’entrée d’une vaste propriété, cette Croix en bois a subi les outrages du temps. Elle a été refaite entièrement en 2012 par un bénévole : M. Jean Marie Guy, qui lui a consacré de nombreuses heures.

En revanche, dans le château qui est en cours de restauration se trouvait une chapelle dont nous pouvons voir, une fenêtre située au-dessus de l’entrée du château.

A proximité il existe « les marais de la chapelle » et « les terres de la chapelles » !
Marzilly est défendu des vents du nord par le Mont Pénée (parcelle d'Olivier Fagot) dont le sommet est fertile en grains et dans la pente duquel se trouvent d’excellentes vignes, sur le terrain sableux et limoneux.
Le
Mont Pénée et le Mont de la Mal-Denrée dominent les contrées de la Douce et de la Paternote où se trouvent également des vignes produisant les meilleurs vins de pays. Les vins rouges de Marzilly de couleurs foncées dit « vins de montagne » ont acquis une grande renommée. Ils n’avaient aucune concurrence à redouter avec les meilleurs vins rouges de la montagne de Reims. Ils étaient servis lors des repas royaux.
 

Moyen Âge



Une charte de Philippe-Auguste autorise Hermonville à s'ériger en commune et y établit des foires et des marchés.
Au Moyen Âge, le terroir d'Hermonville appartenait à 8 ou 9 seigneuries distinctes, certaines aux mains de seigneurs ecclésiastiques : l'abbaye Saint-Remi de Reims, l'abbaye Saint-Pierre-les-Dames et l’abbaye de Saint-Thierry, le chapitre métropolitain de Reims, le trésorier de ce chapitre, le comte de Roucy, détenteur de la grande vicomté, et le petit vicomte, son vassal et la Commanderie de Reims au lieu-dit le Temple.
Hermonville appartenait en partie à l'abbaye de Saint-Thierry, probablement dès la fin du XIIe siècle.
En janvier 1256, les religieux de Saint-Thierry renoncèrent à réclamer la dîme des produits qui n'y avaient pas été assujettis jusqu'alors, tels que légumes, fruits, œufs, fromages.
En 1373, pendant la guerre de Cent Ans, les Anglais envahirent la Champagne, pillèrent et ravagèrent Hermonville pendant la chevauchée de Lancastre.
Le 17 décembre 1393, permission est donnée par le chapitre de Reims aux habitants d'Hermonville, d'instituer des courtiers de vin, et de faire la visite et la taxe du pain mis en vente.
 
 

Époque Moderne



En 29 juin 1749, Jean-Baptiste Blavier (1705-1775) donne un sommaire des propriétés, des seigneuries, fiefs et bois relevant de l'ancien comté de Roucy :

Dans ce sommaire des propriétés le clos de Marzilly en faisait partie :
• La seigneurie du commandeur du Temple qui n'a juridiction que sur une maison dont il est propriétaire : deux pièces de vignes, une en gratière, l'autre en marseleine; trois pièces de terre, l'une au clos de Marzilly ou près du Temple et deux à Herville dont il est pareillement propriétaire.
• La seigneurie du trésorier de l'église métropolitaine de Reims a juridiction sur toutes les maisons de Marzilly, à l'exception des trois maisons qui sont de la juridiction de la Grande Vicomté et le château, mais n'a aucuns cens, ni lots, ni ventes. Le château est un franc-alleu noble.

Hermonville faisait partie, en 1789, de l'élection de Reims et suivait pour partie la coutume de Reims, pour partie celle de Vitry. Son église paroissiale, diocèse de Reims, doyenné d'Hermonville, était consacrée au Saint Sauveur ; l'archevêque de Reims en était collateur.

Époque contemporaine



En février 1814, Hermonville est occupé par 6 000 soldats de l'Empire russe sous les ordres du prince Kowansky et en 1815 par le régiment de hussards Alexandriski (régiment de Sa Majesté Impériale Alexandra Feodorovna de Russie).
Hermonville est connu pour la production de vin rouge, le vin rouge de Marzilly et d'asperges.
On y exploite d'importantes carrières de pierre à bâtir. En 1846, il y plus de 200 ouvriers carriers rattachés à la commune. En 1876, la Société Châtelot-Forest et Cie exploitent les carrières. En 1889, La carrière de Saint-Joseph est exploitée par Châtelot et la carrière des Rouges-Monts de Marzilly par Dufresne.
On y fait aussi un commerce de coutellerie.
Hermonville était sur la ligne du chemin de fer de la Banlieue de Reims (C.B.R), Reims-Cormicy, inauguré le 14 avril 1897.
L'électricité est installée dans la commune dans les années 1910.
 
 

Première Guerre mondiale



Hermonville est envahi par les Allemands au début de la guerre, puis le village reste en possession des français pendant presque toute la durée de la guerre. Il est situé à proximité immédiate du front et des combats pour la possession de Loivre et le contrôle du canal de l'Aisne à la Marne. C’est un lieu de cantonnement, très fréquenté par les soldats au repos, et une réserve pour les attaques françaises.

En 1914, Le Château de Marzilly sert de PC à l’état-major .
En 1915, est créé l'école des missions spéciales pour former dans le plus grand secret des dizaines d'espions et de les déposer derrière les lignes ennemies pour y mener des actions de sabotage et de renseignement.
En avril 1917, il sert de base arrière à l’armée française, pour la bataille du Chemin des Dames, qui s’abrite notamment dans ses champignonnières.
Hermonville est re-occupé par les Allemands de la fin mai à octobre 1918.
244 soldats reposent dans le cimetière britannique, morts pour la plupart lors de l’offensive surprise allemande du 27 mai 1918.

Français
0
    Produit Prix Quantité Total

Total panier

Sous-total 0,00
Total 0,00